Custom Switchback

Dans certains cas (mais rarement) que je n’explique pas vraiment la Voilé Switchback peut se débrayer lors de la descente.

Pour cela j’ai pensé un système qui est censé empêcher tout passage non volontaire en mode montée.

Pour cela je me suis procurer de petits inserts, des vis moletées et de la cordelette.

A l’aide d’une perceuse et d’un peu de colle (époxy) je fixe les inserts dans le plastique de la fixation à proximité immédiate du levier. De manière qu’un fois la vis moletée dans l’insert le levier soit maintenue dans la position descente.

Positionnement de l'insert

Positionnement de l’insert

Toujours à l’aide le la perceuse je perce un trou de diamètre légèrement supérieur à celui de la cordelette. Ce qui permet de sécuriser la vis sur la fixation afin d’éviter de la perdre pendant les transitions.

Perçage pour l'insert

Perçage

Levier sécurisé

Vis positionnée sécurise le levier en position descente.

Publicités

Ski autour du Smørstabbtindan

Première journée dans le parc du Jotunheimen, on s’enfonce dans la vallée Leirdalen parcourue par la rivière Leira. Le choix de pentes assez facilement accessibles semble riche, notamment en rive gauche. Nous irons pratiquement jusqu’à la fin de la route déneigée. Plus loin il y a un refuge qui semble être desservi par des chenillettes.

image

Le magnifique panorama du col.

Notre choix se porte pour les pentes entourant le Smørstabbtindan. Direction le sud ouest depuis la route pour remonter le glacier Storbrean jusqu’à un col évident à gauche du Smørstabbtindan. La neige est travaillée par le vent et la descente sera bien moins agréable que la descente de l’épaule de l’autre côté du sommet en regardant depuis la montée.

image

Depuis l'épaule à gauche du Smørstabbtindan.

Après ces deux petites faces ou pales comment ils disent dans les Pyrénées. Nous nous dirigeons vers le Rundhøe dont la face NE nous a attiré l’oeil depuis la route. Une grande traversée légèrement ascendante depuis le bas de glacier nous mène au sommet sans trop d’efforts.

image

Derrière descente de la journée avec le soleil qui commence à peine à chatouiller les plus hauts sommets.

image

Fin de la journée et lumière rasante.

Le parc Naturel de Rondane.

Les premiers jours de skis… Au programme monter au refuge de Rondvassbu situé au bord du lac Rondvatnet au milieu du parc. Problème, on ne sait pas s’il est ouvert ou même si il y a de quoi dormir là haut. On arrive sur le parking, pas un chat même pas dans la boutique à côté.
Puis finalement une personne descent de la montagne en ski de fond, nous disant que le refuge est fermé. Tant pis on tente quand même, on charge les sacs de couchage et suffisamment de nourriture pour le lendemain. Nous voilà en route pour 10km de faux plat montant. Enfin bien plat tout de même. Avec l’espoir de trouver un refuge pour la nuit.

image

Flat sucks !

Les heures passes on croise au loin deux skieurs avec des pulkas. On aperçoit le refuge qui est énorme constitué de plusieurs bâtiments, d’un garage à bateaux avec ponton, il y a même un bain Norvégien dehors. Mais tout est fermé. Au moment où je commence à chercher le meilleur endroit pour passer la nuit dehors, Jérôme trouve finalement une petite baraque avec tout le confort. Lits, couettes, peau de bête, petit poêle et bois. Tout y est, et dire qu’on a rien prévu pour manger chaud, dommage.
On profite de la fin de journée et du silence le plus total avant d’aller dormir.

image

Le silence du lac gelé

Le lendemain on part au dessus du refuge en direction du Rondslottet mais le sommet sous les nuages et le vent nous fait renoncer. On se rabat sur une petite combe sud du Storronden.
image

Puis on passe chercher nos affaires au refuge et on rentre par le Fremre pour mieux faire passer les 10km de plat jusqu’à la voiture.

image

Jérôme aux côtés du plus gros cairn de Norvège.

Malheureusement pas de grand ski pour cette fois-ci pourtant le potentiel de pentes skiables est bien là.

image

Le Rondslottet un peu sous le nuage.

Un voyage en Norvège

La Norvège pourrait être le pays idéal des randonneurs lève tard. Même à cette période de l’année le soleil rasant et les températures fraîches permettent des départs tardifs ou des journées de ski sans fin. Par exemple nos deux dernières randonnées ont commencé à 13h pour se terminer à 19h.
Chose étonnante tout au long de la journée la neige ne se transforme pas, elle est à peine affectée par le soleil en orientation sud dans les pentes soutenues.
Exceptionnel ? Je ne sais pas, il faut dire que depuis quelques jours un petit vent particulièrement froid et anormal pour la saison d’après un local, nous accompagne.
Alors bien sûr au sommet je me couvre plus qu’à l’accoutumé mais la neige reste de super qualité.

image

image

image